Sénégal FM dans votre langue

La grève des transporteurs prolongée sine die

Aucune issue pour l’instant dans le secteur des transports, paralysé par une grève depuis le 1er décembre.Après 48 heures de grève décrétée par le Cadre Unitaire des syndicats des transports routiers du Sénégal (Custrs), la situation est au statu quo.

Jeudi 2 décembre, les négociations avec le ministre des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement, Mansour Faye ont accouché d’une souris, faute surtout de n’avoir pas eu lieu. Annoncées pour démarrer dans la matinée, elles se sont finalement pas tenues faute d’entente entre les transporteurs et les autorités, sur la manière de les mener, a déclaré jeudi sur les ondes de la radio RFM, le responsable des 14 syndicats à l’initiative du mouvement d’humeur, Gora Khouma..

Les transporteurs espèrent pour leur part, “en raison du caractère transversal des revendications” se défendent-ils, discuter avec au moins six ministères impliqués dans la gestion du secteur dont celui de l’Intérieur, des Forces armées, de l’Environnement. Le ministre de tutelle, Mansour Faye, se désole “du manque de volonté affiché par l’autre partie”.

«On devait se rencontrer ce jeudi 2 décembre à 13h, j’étais là avec toutes les parties concernées dont plusieurs directeurs… Nous avons attendu jusqu’à 15h, ils ne sont pas venus» a déploré le ministre dans la soirée du jeudi, soulignant que le gouvernement du Sénégal a pris acte de ladite situation.

La grève a été déclenchée pour deux jours par 14 organisations du Cadre unitaire des syndicats des transports routiers du Sénégal (Custrs). Objectif : protester notamment contre « les tracasseries causées par l’ensemble du corps armé (policiers, gendarmes, Eaux et forêts), contre le transport clandestin et les contrôles routiers indéfinis”, a déploré le Le secrétaire général de l’Union des routiers du Sénégal, Gora Khouma

Voilà donc le secteur des transports plongé dans la tourmente. L’imbroglio gagne de plus de plus les usagers., employé.e.s et commerçants.

Vu la prolongation sine die du mot d’ordre de grève, plusieurs activités sont au point mort. “Je suis déjà en perte, car ma marchandise (fruits) est en attente à la gare alors qu’elle avait déjà été livrée”, se plaint un marchand de fruits ce 3 décembre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

code

Publications liées

Actualités

L'info en continu sur SENEGAL FM 103.1
Ecouter en direct